Arte Flamenco 2022, le festival signe son grand retour

arte-flamenco-2022-laurent-robert
4 juillet 2022 Audrey 0 Comments

Après 2 ans sans entendre retentir les zapateados au Café Cantante, les cris joyeux du public de La Bodega et les échanges au village du festival de la place Saint Roch, le festival international Arte Flamenco signe son grand retour !

Une édition attendue par tous les aficionados, et qui signe un retour marquant grâce à sa programmation et son ambiance si singulière.

Flamenco Bordeaux était pour la deuxième fois partenaire presse de l’événement, et vous entraine dans la semaine la plus flamenca de l’année en France !

Lundi, ouverture en grandes pompes

Nous arrivons lundi matin sur le festival, et découvrons la tente du village de retour sur la place Saint Roch. Ensuite, direction le conservatoire des Landes, pour aller suivre le stage de baile avancé avec Eduardo Guerrero. On retrouve les stagiaires qui se hâtent dans les couloirs du conservatoire : cela fait deux ans que ce lieu n’avait pas été investi pour les stages si emblématiques du festival.

Après une après-midi à déambuler dans les divers lieux partenaires du festival où sont organisés expositions et conférences, il est temps à 17h30 de se rendre au cocktail d’inauguration du festival et de l’exposition Echo au Musée Despiau-Wlérick. La direction et l’organisation du festival annoncent une édition riche, tant sur le plan culturel que sur l’importance des messages de liberté qu’il véhicule. La liberté de la culture, du cri du corps et de la féminité. Un thème ô combien actuel.

Après un passage à la bodega, pour admirer l’originalité du spectacle de Dialogo de Mujeres de Serena de Sousa et Lola Navarro, qui met les femmes à l’honneur, nous nous dirigeons avec excitation vers le Café Cantante, emblème du festival !


Pour ouvrir cette première soirée, c’est le spectacle Deliranza de Patricia Guerrero qui est programmé en première mondiale. Ce spectacle, co-produit par Arte Flamenco depuis près de deux ans, a retourné et marqué les esprits. Un baile contemporain, avec une recherche aussi intellectuelle que poétique, qui nous amène dans un rêve onirique passionnant entre Patricia et ses 7 danseurs qui ont chacun leur identité. Des moments angoissants dans le spectacle, mais nécessaires pour qu’il ait un impact. Qu’il plaise ou qu’il dérange par ses divers messages, Deliranza marque et intrigue. Patricia Guerrero réussit de nouveau une prouesse artistique, et nous entraine dans son “délire”.

Pour se remettre, nous finissons la soirée au Havana Café, où se joue le tablao de la Quimera.

Jour 2, soleil et poésie au festival

Une journée ensoleillée se lève sur le deuxième jour du festival. Après notre stage du matin avec le maestro Eduardo Guerrero, nous nous rendons l’après-midi au village du festival pour une table ronde sur le thème de “l’émancipation du corps des femmes dans la danse flamenco”. Des échanges passionnants entre des artistes, doctorants et chorégraphes qui abordent ce sujet si universel et important.

Cap vers la scène de la Bodega, où une troupe bien connue de Flamenco Bordeaux se produit.
L’équipe d’artistes et intervenants de la Peña Flamenca Copas y Compas de Bordeaux présente son spectacle Contrastes, élaboré pendant le confinement. Un public comblé et nombreux qui admire les différents styles des danseuses Cecilia Gonzalez, Barbara Rodrigues et Samantha Alcon, le chant puissant de la cantaora Mercedes Cortes, les guitares si flamencas de David Ceccarelli et Antonio Hernandez, et le rythme du batteur Léon ! Un très beau moment qui a fait l’unanimité du public !

À 20h, rendez-vous pour le spectacle Abril de Lucia La Piñona au Café Cantante.
Dès l’entrée de Lucia, nous sommes envoûtés. Par ses mouvements, par le chant, par les musiques liturgiques. Le coeur de choristes qui chante des sons religieux sur un fond d’orgue, surprend, et choque même. Mais comme dit la directrice artistique Sandrine Rabassa, pour qu’il y ait de la lumière, il faut d’abord de l’ombre. Tout dans ce spectacle, hommage à un poète sevillan tombé dans l’oubli, nous transporte : on y ressent l’Espagne qui se libère, qui se découvre et qui se transforme.
Un spectacle rempli d’une intense émotion et poésie, tant l’ensemble des artistes se complètent à la perfection.

En deuxième partie, la grande Argentina nous honore de sa voix puissante.

Jour 3, Eduardo Guerrero et Paco Jarana

Déjà le troisième jour qui s’entame sur Arte Flamenco. Nous nous rendons au village du festival pour écouter Eduardo Guerrero et Paco Jarana parler de leurs spectacles; une annonce de la direction du festival nous met en joie : une édition “d’hiver” du festival sera programmée à Soustons fin janvier 2023 ! Informations à suivre.

À 18h sur la scène de bodega, c’est le groupe de flamenco pop Maruja Limon qui enflamme. Influences cubaines, rap et pop caractérisent ce groupe 100% féminin, qui a enjoué le public de la Bodega grâce à son énergie durant une bonne heure.

Au Café Cantante à 20h, les notes subtiles et impeccables de la guitare de Paco Jarana résonnent. En deuxième partie, Eduardo Guerrero présente son spectacle Debajo de los pies. Entre tradition et modernité, sur une scénographie impressionnante et immaculée, Eduardo Guerrero nous amène dans son monde. Et même dans son “jardin des délices”. Ses tangos sont péchus et captivants, son alegria sur fond d’absurde nous fait largement sourire. On découvre un artiste à part entière, d’une grande générosité avec ses danseurs et musiciens.

Jour 4, malgré une météo capricieuse, le flamenco puro retentit

Malgré une météo hivernale, le quatrième jour s’ouvre sur Mont-de-Marsan. Nous enfilons nos pulls et cirés pour sortir et découvrir Lori La Armenia et Alberto Garcia, qui nous offrent une parenthèse poétique au village du festival avec le spectacle Tierra. Un hommage à un paradis perdu devenu flamenco. Captivant.

Ça bouge du côté de la scène de la Bodega, le grand chanteur Jesus de la Manuela, accompagné par Alberto Garcia au chant, Leny Creff à la guitare, Juan Manuel Cortes aux percussions et les danseuses Léa Llinares et Mathilde Antón, nous offrent une parenthèse magique de flamenco pur ! On assiste à des juergas autour d’une table, des échanges rythmiques, et la danse de toute beauté de Léa et Mathilde. Un spectacle qui réchauffe, et nous met en jambes pour la suite de la soirée au Café Cantante.

En effet, le grand Rafael Campallo ouvre la première partie de cette soirée avec son spectacle Puro. Une heure durant laquelle on est fascinés par ses mouvements, son zapateado parfait et la générosité du danseur avec ses musiciens. Olé.
Pedro El Granaino et Guadiana nous offrent ensuite en deuxième partie, un moment de chant flamenco comme on les aime.

Une envie de continuer la soirée après ce beau spectacle, et nous voilà arrivés au Dix Bis où jouent Antonio Hernandez et Mariano Zamora. La soirée se poursuit jusque tard dans la nuit, autour de juergas improvisées par des habitués du lieu et du festival. C’est ça aussi le festival Arte Flamenco, ces rencontres entre inconnus dans les espaces du festival off, tous réunis autour d’une même passion !

Jour 5, fin des stages et clôture au café cantante

Ce cinquième jour a un goût de nostalgie, on sent déjà que la “fin” arrive. Nous terminons les stages avec le grand Eduardo Guerrero, et profitons des programmes de la journée dans Mont-de-Marsan.
Le spectacle de rue El Planeta, una agora flamenca de Ismael de Begoña est interactif avec le public, qui se met à faire quelques palmas por jaleo, ou à chantonner des notes de caña. Une plongée fascinante dans l’histoire du flamenco, pour petits et grands.

À 18h, nous quittons l’esplanade du Midou pour aller à quelques pas de là, scène de la Bodega. Le traditionnel gala des maestros se joue et termine sur un grand fin de fiesta avec tous les artistes ayant joué ou donné des stages.

Puis il est l’heure de se rendre au Café Cantante, pour la dernière fois cette année, avec le spectacle d’Eva Yerbabuena, Al igual que tu.
Le public semble divisé pour ce spectacle aux airs très contemporains et à l’histoire intense et sombre. Eva Yerbabuena assoit cependant son immense talent d’artiste et chorégraphe, et sa technique flamenca impeccable. Entourée d’un des anciens danseurs de Pina Bausch, le ballet est puissant et le jeu d’acteur très convaincant. Nous sommes subjugués pendant 1h30.

Dernière soirée du festival off, nous terminons de nouveau au Dix Bis, où l’ambiance flamenca règne toujours au sons des cantes et pataitas improvisés.

À l’année prochaine Arte Flamenco !

Le samedi nous partons après le spectacle de Dani Bonilla le midi sur la place Charles de Gaulle. Nous déjeunons au son d’un tablao au restaurant Bella Storia, et avons même droit à quelques Sévillanes qui ravissent le public qui se met à danser.

C’est déjà la fin d’Arte Flamenco, et de cette jolie parenthèse que l’on ne souhaite pas voir se terminer : déambuler dans les rues montoises et croiser ses camarades de stage le matin, des connaissances de longue date du festival lors des spectacles de fin de journée ou tout simplement rencontrer des passionnés le soir au café cantante. Sans oublier le « dernier » verre de fin de soirée au festival off.
Si certains estiment que le festival ne brille plus comme les années précédentes, Arte flamenco a une ambiance unique, et la passion et le partage restent.
Le flamenco c’est avant tout un art, une communauté, une émotion, des chants, du rythme, de la danse et de la discipline, ainsi qu’un art de vivre ! Et pas un cliché d’une danseuse avec des castagnettes 😉


Le flamenco est traditionnel, contemporain, pop, jazz, gitan, cubain et toutes ces influences qui le forgent depuis des siècles avant d’être arrivé chez nous. Il est surtout intergénérationnel.

Prochains rendez-vous ➡️ Festivals de flamenco de Soustons en janvier et de Jerez en février ! Et bien sûr, Arte Flamenco 2023 !

Viva el flamenco 💛

Merci à Laurent Robert pour la majorité des photos utilisées dans cet article, celui qui photographie flamenco, et sait retranscrire la magie de cet art. Et merci au festival d’avoir renouvelé le partenariat avec Flamenco Bordeaux cette année.


Leave a Reply:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *